Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : cheikfitanews
  • : Info en ligne des Congolais de Belgique
  • Contact

BRÈVES NOUVELLES

 

kabila oyebela

Antenne monde de la société civile de la RD Congo ou:

comment contrôler La CENI et les élections en RD Congo…

Rejoignez la plateforme

               

 Nous Soutenir

Depuis le 25 décembre 2006, date de création de notre site à aujourd’hui, vous êtes des centaines de milliers à avoir lu nos articles ou consulté notre site. Nous vous en remercions. Derrière ces articles, ces reportages photos et vidéos, il y a un travail de titan, de sacrifices énormes et un coût très élevé: temps, ordinateurs, caméras, appareils photos, supports numériques, logiciels, billets de train, de bus, d’avions, chambres d’hôtel…2015 et 2016 seront deux années déterminantes pour la RD Congo durant lesquelles, une information fiable sera un grand allié de la paix, de la justice, de la stabilité… Pour le bien être du plus grand nombre, dans ce sous-continent. Si vous pensez que notre travail peut y contribuer, la meilleure façon de confirmer votre conviction, c’est de faire un don, aussi petit soit-il, pour soutenir cette action.

Par paypal : cheik-fita@myway.com par compte bancaire avec comme mention, «Soutien à Info en ligne des Congolais de Belgique» Compte bancaire n ° 000-3415900-45 IBAN BE44 0003 4159 0045

BIC BPOTBEB1

 CONTACT Téléphone : 0032495336519mail via le lien suivant:  http://ann.over-blog.com/blog-contact.php?ref=522882

VIDEO à voir et à partager 

Cheik FITA :  Philosophe, journaliste, dramaturge et metteur en scène congolais. Coup de projecteur sur l'homme, son parcours, sa philosophie, ses oeuvres, Ses convictions, son approche de l'actualité congolaise et belgo-congolaise, son avis sur le boycotter des musiciens du Congo par les combattants ...

Liste des 85 Multinationales Qui soutiennent la guerre en RD Congo

Coltan-en-rd-congo-cheikfitanews.jpg

Le saviez-vous ? Il y a du sang dans mon portable et ma TV, c’est ce que je viens de découvrir en regardant un ancien reportage de Canal Plus datant de 2009 sur le pillage des matières premières de la RDC, notamment le Coltan, par les multinationales occidentales. Le Coltan est un minerai entrant dans la composition de nombreux composants électroniques que l’on retrouve dans les portables, les télévisions, les ordinateurs, les armes : missile. Voici la liste des 85  multinationales (ci_dessous) mises en cause par l’ONU, dans le pillage de la RDC et dans le financement indirect de la guerre civile à l’Est, dans un rapport de 2003. Suite à ce rapport, l’ONU n’a pris aucune sanction et n’a pas fait appliquée l’embargo préconisé. - 

cheikfitanews.net, contact Téléphonique: 0032495336519

Recherche

FLASH-NOUVELLES EN BREF-BREAKING NEWS

KINSHASA, vue de Brazzaville

CHEIKFITANEWS KIN VUE DE BRAZZA

LOGO CONGRES MONDIAL DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

BANQUE DES DONNEES DES CONGOLAIS VIVANT A L'ETRANGER

Une nécessité

Texte Libre

MOSAIQUE-SITE-3-copie-1.png

19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 08:47
Culture et Tourisme. Kansai Festival au Japon... Intervention d'Yves Bunkulu, Ministre Congolais du Tourisme

Samedi 19 septembre 2020

African meeting Kansai Festival à Kobe au Japon et Kinshasa en RD Congo avec la participation du Minsitre Congolais du tourisme, Yves Bunkulu de la compagnie Chez Bango et de l'agence Les Éditions Ocm,

Ci-dessous le programme.

Peut être suivi sur zoom grâce au lien suivant:

 

https://us02web.zoom.us/j/82323444325?pwd=VU5pdzVlQ3I1MnlIU3JMdkpERTkxUT09

ID: 823 2344 4325
Password Africa

 

Culture et Tourisme. Kansai Festival au Japon... Intervention d'Yves Bunkulu, Ministre Congolais du Tourisme
Culture et Tourisme. Kansai Festival au Japon... Intervention d'Yves Bunkulu, Ministre Congolais du Tourisme
Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 03:48
Lu pour vous.Ogefrem : le DG Sayiba enfin à Makala !

Paru dans le quotidien "Le Phare" de Kinshasa

du vendredi 18 septembre 2020

Par KIMP.

            Interpellé par le Parquet Général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, depuis le lundi 14 septembre 2020, soumis à plusieurs auditions et finalement placé sous mandat d’arrêt provisoire le mercredi 16 septembre, le Directeur général de l’Ogefrem (Office de Gestion du Fret Multimodal), a finalement été transféré hier jeudi 17 septembre, en début de soirée, à la Prison Centrale de Makala. Ce mandataire public, sur qui pesaient jusque-là deux infractions, à savoir le détournement de plus de 300 millions de dollars américains destinés à l’érection d’un port sec à Kasumbalesa et un contrat sur mandat spécial, aurait dû se trouver parmi les pensionnaires de ce centre pénitencieaire depuis il y a deux mois, n’eussent été son refus de coopérer avec la justice et son entrée en clandestinité, mais aussi la décision complaisante d’un magistrat instructeur ayant classé son dossier sans suite.

            On apprend que peu avant que le DG Patient Sayiba ne soit placé sous mandat d’arrêt provisoire et acheminé à la Prison Centrale de Makala, des éléments nouveaux sont venus noircir davantage son dossier. Il s’agit, indiquent plusieurs sources qui ont investi les réseaux sociaux, du ténébreux dossier portant sur la délocalisation des recettes de l’Ogefrem vers des pays voisins, depuis son entrée en fonction, il y a presque quatre ans.

            Pourquoi avoir décidé de loger des fonds d’une entreprise publique dans des pays voisins, alors que leur place devrait être le compte général du Trésor public ? A quoi étaient destinés ces millions de dollars américains délocalisés ?

            Ces questions restent, jusque-là, sans réponses. Cela n’empêche pas pour autant de nombreux patriotes de constater que parallèlement aux velléités de balkanisation du pays au niveau de ses frontières physiques, dans sa partie Est, il y a aussi celles de sa déstabilisation économique, à travers les pillages de ses ressources naturelles, mais aussi des opérations maffieuses du genre de celles auxquelles se livraient le Directeur Général de l’Ogefrem. A quelle hauteur le pays a-t-il été pillé par Patient Sayiba ? On laisse le soin à la justice de découvrir le pot aux roses.

            A en croire des informations en circulation dans les couloirs du Palais de Justice, c’est le directeur financier de l’Ogefrem, lui aussi interpellé et entendu le mardi 15 septembre au Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, qui aurait vendu la mèche, c’est ce qui lui a valu d’être relâché et de rentrer tranquillement chez lui, pendant que les réseaux sociaux l’annonçaient en route pour la Prison Centrale de Makala.

                                     Kimp

 

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 06:53
Diaspora à Bruxelles et problématique de la double nationalité : la pesanteur des « Banyarwanda »

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 17 septembre 2020

Pour la deuxième fois en moins de deux mois, Me Dieudonné Ali Tshibuabua du barreau de Bruxelles et de Kananga a tenu une conférence sur la problématique de la double nationalité pour les Congolais de la diaspora.

Afin de diversifier les sources d’arguments, ont été associés à cette conférence :

Par vidéoconférence depuis Kinshasa,

  • Léon Engulu plusieurs fois Ministre et même gouverneur du Kivu,
  • Le professeur Augustin Mampuya,

En live dans la salle :

  • l’ancien député et ancien vice-ministre de la défense, Omer Ntumba Shabangi, 
  • Et  professeur Mbayi Kaninda.

Comment se fait-il que malgré l’évidence selon laquelle des Congolais d’origine ayant acquis d’autres nationalités seraient une plus-value pour la RD Congo, la constitution congolaise garde toujours la notion de « nationalité une et exclusive»?

Il se dégage progressivement que pour la majorité des Congolais, n’eut été le problème des « Banyarwanda » à l’Est, l’opinion aurait été plus enclin à changer l’article de la constitution à propos de la double nationalité.

A force de témoignages et d’une lecture plus attentive de l’évolution de la loi sur la nationalité en RD Congo, une évidence apparaît progressivement : depuis fin 1959, dans les mouvements migratoires  des réfugiés rwandais vers RD Congo, il y a eu des originaires du Rwanda qui s’immisçaient dans la politique intérieure de la RD Congo au point de vouloir devenir des Congolais sans suivre la procédure légale d’acquisition de la nationalité congolaise. Certains intervenants ont ainsi affirmé sans tergiverser que même au sommet de l’Etat jusqu’aujourd’hui, il y a des individus qui sont en réalités rwandais et non Congolais.

Au dialogue inter-congolais de Sun City, ils s’étaient arrangé pour introduire dans le projet de constitution des changements pouvant leur être profitables afin d’accéder à la nationalité congolaise, au mépris de l’esprit et de la lettre de la constitution de Luluabourg par exemple.

Dans cet environnement politique, comment faire passer une loi sur la double nationalité ?

C’est ce à quoi s’atèle Me Dieudonné Tshibuabua  et fediascongo. com à travers cette série de conférences destinées à sensibiliser et mobiliser les Congolais tant de la diaspora que ceux qui vivent au pays.

Une pétition à ce propos est déjà en ligne.

 Ci-dessous le lien Facebook pour suivre l'intégralité de la conférence:

https://www.facebook.com/cheik.fita/videos/10158225640779748

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 17:43
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2020 2 15 /09 /septembre /2020 17:37
Vidéo du jour: Joseph Kabila en sénateur à vie

Kinshasa, le 15 septembre 2020

La rédaction

Une vidéo amateur fait le tour de la toile. On y voit l'ancien Président Joseph Kabila avec son écharpe de sénateur, arpentant les couloirs du palais du peuple.

Volonté de se plier à la loi?

Marketing politique?

Ennui dans la brousse de Kingakati?

Soutien à ses ouailles face aux enjeux de la présente session parlementaire?

Wait and see.

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
14 septembre 2020 1 14 /09 /septembre /2020 08:13
Répression du tribalisme en RD Congo, un avocat de Kinshasa saisit les instances judiciaires

La Rédaction

Bruxelles, le 14 septembre 2020

Peu avant les élections congolaises de décembre 2018, on avait remarqué la naissance puis la montée d’une façon exponentielle du tribalisme dans les médias congolais, surtout les médias en ligne ainsi que dans les réseaux sociaux.

Le venin du tribalisme se rependait d’une façon si rampante que le commun des Congolais ne l’avait pas vu venir et s’installer. Il avait commencé par des insinuations, puis des stigmatisations en collant à certaines tribus une dénomination ou une étiquette dégradante. Ce venin en est arrivé à la xénophobie et pire même à l’appel au meurtre… Et il y a eu des meurtres !

C’est ainsi que Me Jackson Kalonji Mushila  a décidé de saisir la justice via une Lettre ouverte adressée au procureur Général près la cour de cassation et aux procureurs généraux près les cours d’appel.

Qui sont actuellement les principaux vecteurs du tribalisme ?

Dans sa lettre ouverte, Me Jackson Kalonji Mushila pointe du doigt  : « les opérateurs politiques au pouvoir ou dans l’opposition, les journalistes et chroniqueurs politiques, et les militants des partis politiques » et il ajoute : «  Ils ne sont pas au dessus de la loi. »

Que dit la loi à propos du tribalisme ?

L’avocat répond :

« Il existe dans notre arsenal juridique une ordonnance-loi qui réprime le racisme et le tribalisme en République  Démocratique du Congo. Il s’agit, en effet, de celle numéro  66-342 du 7 juin 1966 qui dispose en son article 1er :

«Quiconque, soit par paroles, gestes, écrits, images ou emblèmes, soit par tout autre moyen, aura manifesté de l’aversion ou de la haine raciale, ethnique, tribale ou régionale, ou aura commis un acte de nature à provoquer cette aversion ou cette haine est puni d’une servitude pénale d’un mois à deux ans et d’une amende de cinq cents à cent mille francs, ou d’une de ces peines seulement.»

          Si l’infraction a été commise par un dépositaire de l’autorité dans l’exercice de ses fonctions, la servitude pénale sera de six mois au moins et l’amende de cinq mille francs au moins.

          Si l’infraction a causé une désorganisation des pouvoirs publics, des troubles graves, un mouvement sécessionniste ou une rébellion, le coupable sera puni de la servitude pénale à perpétuité.»

Qu’est-ce qui motive l’avocat à écrire aux Procureurs ?

«  Je me fais le devoir de vous remettre en mémoire que la loi organique n°13/011-B du 11 avril 2013 portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l’ordre judiciaire, à son article 67 dispose :

          «En matière répressive, le Ministère public recherche les infractions aux actes législatifs et réglementaires qui sont commises sur le territoire de la République.

          Il reçoit les plaintes et les dénonciations, accomplit tous les actes d’’instruction et saisit les Cours et tribunaux.»

Et pour ceux qui attisent le tribalisme à l’étranger ? L’avocat dit :

« Les compatriotes vivant à l’extérieur qui me lisent se doivent aussi de se mobiliser pour actionner la justice de leurs seconds pays d’accueil pour que soient traqués, poursuivis et punis conformément à la loi en vigueur dans ceux-ci tous ces délinquants développant de bas instincts, plus bas que ceux des animaux sauvages et féroces, qui n’ont pas de place dans une société humaine. »

Ci-dessous in extenso cette lettre ouverte.

LETTRE OUVERTE  À MONSIEUR LE PROCUREUR GÉNÉRAL PRÈS LA COUR DE CASSATION

A MESSIEURS LES PROCUREURS GÉNÉRAUX PRÈS LES COURS D’APPEL :

CONCERNE : RÉPRESSION DU TRIBALISME EN RDC

          Je me fais le devoir de vous remettre en mémoire que la loi organique n°13/011-B du 11 avril 2013 portant organisation, fonctionnement et compétences des juridictions de l’ordre judiciaire, à son article 67 dispose :

          «En matière répressive, le Ministère public recherche les infractions aux actes législatifs et réglementaires qui sont commises sur le territoire de la République.

          Il reçoit les plaintes et les dénonciations, accomplit tous les actes d’’instruction et saisit les Cours et tribunaux.»

          Il est, en effet, incompréhensible que vous vous caractérisiez par une léthargie sinon une indifférence qui frise la complicité ou encore votre caution à la propension de bas instincts qui, de plus en plus, prennent surface sur la quasi-totalité du territoire national menaçant de mettre en péril l’unité nationale au profit des guerres tribales, voeux des ennemis de notre Patrie pour parvenir à sa partition au fallacieux motif que la cohabitation entre différentes tribus qui composent la République Démocratiser du Congo est devenue impossible.

          Devrais-je vous remettre en mémoire qu’il existe dans notre arsenal juridique une ordonnance-loi qui réprime le racisme et le tribalisme en République à Démocratiser du Congo ? Il s’agit, en effet, de celle numéro  66-342 du 7 juin 1966 qui dispose en son article 1er :

«Quiconque, soit par paroles, gestes, écrits, images ou emblèmes, soit par tout autre moyen, aura manifesté de l’aversion ou de la haine raciale, ethnique, tribale ou régionale, ou aura commis un acte de nature à provoquer celle aversion ou cette haine est puni d’une servitude pénale d’un mois à deux ans et d’une amende de cinq cents à cent mille francs, ou d’une de ces peines seulement.»

          Si l’infraction a été commise par un dépositaire de l’autorité dans l’exercice de ses fonctions, la servitude pénale sera de six mois au moins et l’amende de cinq mille francs au moins.

          Si l’infraction a causé une désorganisation des pouvoirs publics, des troubles graves, un mouvement sécessionniste ou une rébellion de coupable sera puni de la servitude pénale à perpétuité.»

          Il est, par conséquent, inconcevable et incompréhensible que dans un Etat qui se réclame de droit, bien que ce système institutionnel se veut tout un processus, que les Procureurs Généraux près les Cours d’appel revêtus de la plénitude de l’action publique demeurent inactifs face à cette délinquance qui se commet désormais flagramment au vu et au su de tout le monde et même dans des médias ou en présence des autorités dépositaires d’un mandat officiel et public sans que l’organe de la loi que vous incarnez ne mette en branle l’action publique. Vous ne me diriez pas que l’ordonnance-loi supra n’avait pas été édictée juste pour embellir notre arsenal pénal !

          Devrais-je vous remettre aussi en mémoire que les opérateurs politiques au pouvoir ou dans l’opposition, les journalistes et chroniqueurs politiques, et les militants des partis politiques ne sont pas au dessus de la loi, celle-ci ayant la vocation d’être de caractère notamment général, impersonnel, transcendantal, et au besoin réhabilitateur ? L’Etat de Droit, n’est-il pas aussi assis sur un certain nombre de caractères principalement trois que sont d’abord l’existence des normes juridiques dans une configuration pyramidale avec au sommet la constitution, ensuite  l’égalité de tous les sujets de droit devant la loi et enfin une justice indépendante, compétente et impartiale ?

          Je lance à vos autorités Judiciaires respectives un appel plus que pressant afin que vous vous revêtiez de toutes vos armures constitutionnelles et légales pour maintenir et rétablir l’ordre public que ne cessent de troubler ces délinquants dont la place est en prison afin de mettre notre pays et son peuple à l’abri de toute éventualité susceptible de provoquer des discours incitateurs à la haine et à la guerre tribale en République à Démocratiser du Congo.

          Les compatriotes vivant à l’extérieur qui me lisent se doivent aussi de se mobiliser pour actionner la justice de leurs seconds pays d’accueil pour que soient traqués, poursuivis et punis conformément à la loi en vigueur dans ceux-ci tous ces délinquants développant de bas instincts, plus bas que ceux des animaux sauvages et féroces, qui n’ont pas de place dans une société humaine.

La Patrie ou la mort, nous vaincrons.

 

Maître Jackson

KALONJI MUSHILA

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 19:43
Bruxelles. Le personnel soignant manifeste contre le sous-financement de la santé

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 13 septembre 2020

 

Des milliers de personnes ont manifesté le dimanche 13 septembre 2020 à Bruxelles à partir de 13h00 au Mont des Arts à l’appel du personnel soignant.

C’était pour interpeller le gouvernement et dénoncer l’insuffisance du financement dans le secteur de la santé.

En dehors du financement du secteur santé, le personnel soignant ne devrait-il pas recevoir une véritable « prime de guerre » et désormais aussi une revalorisation sensible du secteur?  Ce ne serait pas volé, bien au contraire.

Au plus haut de la pandémie de Covid-19, tous les dirigeants du monde n’avaient d’yeux que pour le  personnel soignant, seul capable de contrer cette guerre atypique déclarée à la race humaine. Maintenant que le plus dur est passé, les gouvernements semblent perdre la mémoire.

Le gouvernement belge aussi. D’où ce coup de gueule du personnel soignant.

La manifestation étant statique, la police a pris toutes les précautions pour que les manifestants ne débordent pas. C’était le cas au bout du boulevard de l’empereur croisement rue des alexiens devant le siège du parti socialiste.  Des dizaines de policiers anti-émeute ont érigé un véritable cordon que les manifestants n’ont pas réussi à briser. A 14h36, ils étaient obligés de se replier vers le Mont des Arts.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 10:08
Lu pour vous. «La RD Congo et sa nouvelle diplomatie des nuls»

"La RDC et sa nouvelle diplomatie des nuls : le Burundi et l’Ouganda posent un lapin à Fatshi au mini sommet de Goma. L’amateurisme, l’inconsistante, l’impréparation,l’improvisation et l’incompétence comme empreintes génétiques de la gouvernance Tshisekedi ? Il faut se ressaisir."

 

Quelle avalanche  des termes extrêmes. Beaucoup d'eau a apparemment coulé entre ce tweet et la photo ci-dessous où l'on aperçoit l'auteur et l'actuel Président de la RD Congo.

(ndlr)La photo ci-haut avait été prise le vendredi 4 décembre 2009 en début d'après-midi, le leader Historique de l'UDPS, Monsieur Etienne Tshisekedi avait  reçu en audience Monsieur Oscar Kashala, Président National de l'UREC et des membres de son directoire politique.

De gauche à Droite : Jeef Ciamala, Jean-Jacques Wondo, Louise Ngandu et Oscar Kashala de l’UREC,

Puis Feu Etienne Tshisekedi et Félix Tshisekedi actuel Président de la RD Congo

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
11 septembre 2020 5 11 /09 /septembre /2020 07:51
Territoriale : FCC, Front commun pour le Congo ou Front pour le retour de J. Kabila au pouvoir ?

 

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 11 septembre 2020

Le FCC, « Front Commun pour le Congo » a publié le 9 septembre 2020 un  communiqué dans lequel il s’inquiétait d’une mise en place imminente des cadres de la territoriale par le Ministre de l’Intérieur, l’UDPS Gilbert Kankonde Malamba.

Au point 1 de ce communiqué, le FCC affirme que « La nomination des cadres territoriaux… doit se dérouler en toute transparence de manière à rassurer toutes les parties prenantes au processus électoral »

Et au point 3 le FCC enfonce le clou en disant :

« … S’agissant des entités déconcentrées, tenir compte de l’impératif de la stabilité des cadres territoriaux en fonction depuis seulement 2018… »

Qui sont les cadres territoriaux ? La réponse se trouve dans la constitution congolaise en son Article 3 nous citons :

« Les provinces et les entités territoriales décentralisées de la République Démocratique du Congo sont dotées de la personnalité juridique et sont gérées par les organes locaux. Ces entités territoriales décentralisées sont la ville, la commune, le secteur et la chefferie. »

Comment accède-t-on à ces fonctions ?

Là aussi la constitution congolaise répond  dans ce même article 3 ainsi :

« La composition, l’organisation, le fonctionnement de ces entités territoriales décentralisées ainsi que leurs rapports avec l’Etat et les provinces sont fixés par une loi organique. »

Et qui dit la loi électorale ?

Dans ses articles 207 à 214, la loi électorale du la loi électorale N°17/013 du 24 décembre 2017 dit ceci :

« 

  1. Elections des conseillers de secteur et de chefferie (Arts 207 - 214)
  • La circonscription électorale pour l'élection des Conseillers de secteur ou de chefferie est le secteur ou la chefferie.
  • Les Conseillers de secteur et de chefferie sont élus pour un mandat de cinq sans renouvelable au scrutin au universel proportionnel de listes ouvertes à une seule voix préférentielle avec application de la règle du plus fort reste et avec représentation proportionnelle des groupements selon les modalités fixées par l'Article 209 de la Loi électorale.
  • Le Conseiller à un mandant de cinq renouvelable dans les conditions fixées par la Loi électorale
  1.  Elections des conseillers municipaux (Arts 190 -198)
  • La circonscription électorale pour l'élection des Conseillers municipaux est la commune.
  • Les Conseillers municipaux sont élus au suffrage universel au scrutin proportionnel de listes ouvertes à une seule voix préférentielle avec application de la règle du plus fort reste.
  • Le Conseiller à un mandant de cinq renouvelable dans les conditions fixées par la Loi électorale »

Et selon le calendrier électoral de la CENI, publié le 5 novembre 2017, et conformément à la loi électorale N°17/013 du 24 décembre 2017,

  • Le dimanche 22 septembre 2019, il aurait dû y avoir en RD Congo les élections pour les conseillers communaux et des secteurs/chefferies,
  • Le mercredi 4 décembre 2019, les élections des conseillers urbains, des bourgmestres, et des chefs de secteur.

Autrement dit, après 18 ans de pouvoir, le FCC aurait dû déjà organiser au moins deux fois les élections locales qui devraient désigner les dirigeants de la territoriale. Cela n’a pas été fait.

Lors du dernier processus, selon le calendrier de la CENI,  le FCC encore au pouvoir  devait doter le pays des dirigeants de la territoriale. Elle ne l’a pas fait.

A la place, le FCC avait nommé en 2018 ces animateurs, et le FCC le dit si bien dans son communiqué.

Faisant abstraction de ces graves manquements, le FCC se préoccupe subitement des élections de 2023.

Quelles élections en 2023 ? La présidentielle et les législatives… Comme en décembre 2018.

Et les locales ?        Silence.

Pourquoi cette fixation pour 2023 ?

En réalité, en tant que caisse de résonance de Joseph Kabila, quand le FCC dit élections 2023, il sous-entend : « Kabila candidat, Kabila, élu, Kabila Président »

Cette fixation est telle, que le FCC a subitement oublié que parler élections en RD Congo, c’est un pacquage qui va des locales à la présidentielle. Faire abstraction de cela, c’est dévoiler sans le vouloir sa pensée profonde.

Ainsi, le FCC, n’est pas un Front pour le Congo, mais un Front pour le retour de Joseph Kabila au pouvoir.

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA
10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 10:26
13 septembre 2020 à Bruxelles : Grande Manifestation du secteur de la santé

Par Cheik FITA

Bruxelles, le 10 septembre 2020

 

Dimanche 13 septembre 2020 à partir de 13 heures au Mont des Arts -Bruxelles-Centrale  aura lieu une grande manifestation en soutien au personnel de santé.

En première ligne de la lutte contre la COVID19, il y avait le personnel du secteur de la santé avec ce que cela implique comme risque et aussi d'un autre  côté le bénéfice que la société en a tiré.

Cette véritable « armée » a-t-elle  été rétribuée à sa juste valeur ?

Sur les différents tracts diffusés par les organisateurs on peut lire ceci :

« Après le confinement, réglons nos comptes »

« Nos vies valent plus que vos profits »

« Fini les applaudissements, place aux actes »

Ainsi, « Patient.e.s, soignant.e.s, syndicats et associations du secteur de la santé s’unissent pour revendiquer un refinancement des soins de santé et s’opposer à la marchandisation croissante de ce secteur. ».

Sur le site d’une des organisations partie prenante à la manifestation on peut lire ceci :

« Quelles sont les revendications ?

  1. La santé et le soin ne sont pas des marchandises ! Il est inacceptable que la logique de rentabilité prévale parmi les indicateurs associés au financement des politiques publiques en matière de santé.
  2. La crise sanitaire du Covid-19 révèle toute l’importance d’une protection sociale forte. Il faut investir à la hauteur des besoins identifiés et non en fonction d’objectifs économiques prédéfinis.
  3. Le patient et son projet thérapeutique devraient occuper une place centrale dans les soins.
  4. Les déterminants de la santé et la prévention devraient être intégrés dans les politiques publiques, en assurant leur soutien et leur financement au moins à la hauteur des soins dits curatifs.
  5. La coordination entre les différents acteurs du soin et le patient autour du projet thérapeutique devrait être renforcée et considérée de manière transversale, décloisonnée et non hiérarchique.
  6. Le développement à l’échelon local de structures de soins globaux, intégrés, continus et accessibles à tou.te.s doit être soutenu pour appréhender efficacement les défis de santé publique actuels et futurs (liés au vieillissement de la population, par exemple).
  7. L’organisation territorialisée et échelonnée des structures de soins de première ligne, disposant d’une grande autonomie d’action pour s’adapter aux spécificités locales, doit être soutenue.
  8. L’équité et la solidarité doivent redevenir des valeurs centrales dans notre système de soins de santé.
  9. Le financement des hôpitaux doit être clarifié. Les suppléments d’honoraires doivent être régulés et les hôpitaux financés de manière solidaire et équitable par rapport aux dépenses auxquelles elles doivent faire face.
  10. Démocratiser la santé publique  : les choix économiques et sociaux devraient être collectifs, plutôt qu’être l’exclusivité des dirigeants et des experts. Les avis des acteurs de terrain devraient être davantage pris en compte.
  11. Les plus bas salaires des professionnels de santé devraient être revalorisés et la pénibilité de leur travail prise en considération.
  12. Un juste contingentement des professionnels de santé  devrait être pensé et adapté aux besoins réels, en portant une attention particulière aux prestataires de la première ligne de soins et à certaines spécialités sous-représentées (la gériatrie et la psychiatrie notamment). »

 

Partager cet article
Repost0
Published by Cheik FITA

ANNONCES...MESSAGES

 

http://www.livetvmonde.com/2015/01/rtnc-radio-television-nationale_17.html

 

http:// http://www.rfi.fr/afrique/

 

http://www.voaafrique.com/p/4938.html

 http://www.radiookapi.net/

http://www.tv5monde.com/TV5Site/afrique/

 

http://www.congoindependant.com/

 

http://congolaisdebelgique.be/

LIBERTE DE LA PRESSE.  Charles Goerens, eurodéputé et ancien ministre luxembourgeois 

Cheik Fita et, dramaturge et Journaliste congolais 

 LIVRES: 

RD Congo, sans un seul coup de feu

 

 

 

 

 

 

RD CONGO, LA DÉMOCRATIE assassinée?

De Cheik FITA

(Cliquez sur la Couverture pour l'agrandir

et lire le résumé)

couverture démocratie assassinée

Moins Homme dite la guerre de Kolwezi. Théâtre

DISPONIBLES

Nous contacter en cliquant sur le lien suivant: http://www.cheikfitanews.net/contact

Liens de sites recommandés

 http://www.antennemondesocietecivile-rdcongo.com/

 http://aprodec.blog4ever.com/

http://www.congoindependant.com

http://www.cheikfitanews.net/ 

 http://banamikili.skyrock.com/

antennemondesocietecivile-rdcongo.com​

RD CONGO 2011 LES ELECTIONS DE LA HONTE

 rapport de la mission d’observation de l’Union Européenne lien 

http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/RFEUEOMRDC2011comp.pdf

FOCUS

Liens